Clique sur la photo de Couple et sextoys en trio sexe pour passer en privé!

Les gars sont tous deux habillés de chemises à boutons, celle de Ken est d’un violet profond, tu dois choisir celle de Mike, et de jeans. Les filles ont chacune un jean et une chemise plutôt décolletée, la mienne est noire, tu peux choisir la tienne, Steph. Je porterai aussi un soutien-gorge push-up noir moulant et un string, mais tu ne le sais pas. Nous passons vous prendre et partons pour la nuit. Nous pensons aller manger un bon steak, nous discuterons et rattraperons le temps perdu, nous boirons quelques verres et nous passerons un bon moment. Puis nous irons voir un film ou autre chose, une comédie romantique légère, peut-être. Nous montons tous dans la voiture, nous rions et nous nous amusons… nous sommes tous les deux sur le siège avant, tandis que vous avez l’arrière pour vous.

Ma main est posée sur les genoux de Ken, frôlant de haut en bas, vous êtes tous les deux blottis l’un contre l’autre… Ken commence à bander, et on peut voir le contour de sa queue à travers son jean… tu attrapes la queue de Mike à travers son pantalon, et tu commences à la frotter… on discute comme si de rien n’était… Ken continue de conduire jusqu’à ce que nous arrivions, puis lui et moi sortons de la voiture.

“Ummmm, qu’est-ce qu’on fait, les gars ?” demande-tu.

“Entre, tu verras, nous voulions juste traîner et nous détendre un peu plus… Nous avons la chambre 316.” Je dis.

Vous vous regardez tous les deux et Mike hausse les épaules, alors vous nous suivez. Nous nous dirigeons vers notre chambre. Ken ouvre la porte et nous entrons. Le salon de la suite est simple, avec un joli canapé, une table, quelques lampes et une télévision. Sur la table, tu vois la collection de cravates de Ken, environ 10 en tout. Vous vous installez tous les deux dans le salon en vous excusant un moment. Allume la télévision, mets peut-être un bon film porno ou autre.

“Hé les gars, venez par ici”, appelle Ken depuis la chambre.

En entrant, tu vois notre collection de sextoys alignée sur la commode, le lit king size occupe la majeure partie de la pièce, avec deux chaises au pied du lit. Ken est assis dans celle qui est la plus éloignée, je fais signe à Mike de s’asseoir dans celle qui est la plus proche. Je leur tends à chacun un verre, “On revient tout de suite, les gars” Je te prends par la main et te tire sur le côté, en chuchotant à ton oreille…

“J’ai pensé que nous pourrions peut-être les attacher, pour que nous puissions nous amuser tous les deux…” Je mordille doucement le lobe de ton oreille et tu te mets à ricaner. “Tu dois convaincre Mike que c’est d’accord”, dis-je. Tu acquiesces avec enthousiasme et te diriges vers Mike, en lui murmurant quelque chose à l’oreille, il accepte assez rapidement. J’apporte les liens et nous lions ses mains derrière la chaise, et nous attachons ses jambes à un pied de chaise chacune, de sorte que ses jambes soient légèrement écartées. Tu chevauches ses genoux et l’embrasse profondément, puis lui donne une bise sur le front, tandis que nous nous déplaçons et attachons Ken à sa chaise de la même manière. Je l’embrasse et donne à sa queue une belle pression.

Puis je passe la main derrière ta tête et te tire vers moi pour un baiser profond. Nos langues flirtent l’une avec l’autre, se glissent dans la bouche de l’autre et l’explorent… plus profondément….I laisse échapper un doux gémissement lorsque tu mords ma lèvre inférieure. Je remonte ma main sous ton t-shirt, tâtant les bords de ton soutien-gorge, passant ma main sur tes seins et ton ventre, je me penche en avant et embrasse ton cou en chuchotant dans ton oreille “tu peux me faire tout ce que tu veux”.

Tes yeux s’ouvrent brusquement et tu me pousses sur le lit. Tu enlèves ta chemise, révélant ton soutien-gorge. Je ris et enlève ma chemise, la jetant sur le côté. Tu te glisses sur moi, poussant tes seins dans mon visage, pendant que je les embrasse, les suce et les savoure. Je passe la main derrière toi et détache ton soutien-gorge, puis le jette sur Mike. Les deux hommes ont des érections enragées, qui palpitent dans leurs jeans. Je suce ton téton gauche, puis le droit, tandis que tu cambres ton dos et gémis, mêlé à un petit rire. Je t’attire pour un grand baiser, puis je presse ta tête contre mes seins. Je passe la main sous mon dos et défais les fermoirs de mon soutien-gorge, et le lance à Ken. Pendant que tu me taquines, je laisse échapper de petits halètements de plaisir, des gémissements, me tordant sous toi.

Je te fais rouler et grimpe sur toi, t’embrassant. Je détache ton jean, puis le mien, puis recommence à t’embrasser. Puis je me détache de toi et fais glisser mon pantalon, me penchant juste devant les garçons, révélant lentement mon cul dans ce string moulant. Je t’invite à faire de même, en révélant tes jolies petites fesses, et tes sous-vêtements. Les garçons ont une forte inspiration presque simultanément.

“Oh, wow, Steph”, dit Ken.

“Je sais, n’est-ce pas, chéri ?” Je réponds.

Je me dirige vers la commode et passe mes mains sur tous nos jouets. Je commence à les jeter sur le lit : mon lièvre, un gros truc de lubrifiant [juste au cas où], le double jeu emprunté et mon harnais de gode-ceinture avec le gode de la bite de Ken. Puis les perles anales comme une pensée après coup, avec un sourire sournois. “Lequel voulons-nous essayer en premier ?” Je demande.

“Hmmm, je pense que je veux essayer le lièvre…” alors qu’un petit sourire traverse ton visage.

“Très bien, comme tu veux”.

Je prends le jackrabbit et l’allume, le stimulateur de clito vibre tandis que la bite commence à tourner et à se tordre. Je dépose des baisers sur tout ton ventre et tes cuisses, baissant ta culotte, révélant ta chatte rose et serrée. Je suce le vibromasseur, le rendant agréable et humide, même s’il semble que tu n’en auras pas besoin. Je l’introduis doucement en toi, laissant le gode tourner à l’intérieur de toi, pressant chaque centimètre de ta chatte serrée. Puis, il glisse complètement à l’intérieur, le stimulateur de clito vibrant atteint ton clito, envoyant un spasme de plaisir dans tout ton corps, qui aurait dû être bref, mais il continue. Je laisse le jouet en toi, profitant de tes expressions faciales et de tes gémissements forts. Tu m’appelles par mon nom pendant que je suce tes seins. “A quelle vitesse jouis-tu, Steph, ma chérie ?”

“OHH, Tabitha !”

“Comment trouvez-vous la vue, messieurs ?”

Ils sont légèrement abasourdis, ne faisant que des grognements gutturaux bas de désir. “Umm, Tabitha ? Je crois que ce pantalon devient un peu serré…” dit Ken. Pendant que je mordille ton cou, le jouet pulse toujours en toi et sur ton clitoris. “Qu’en penses-tu, Steph, devrions-nous donner aux garçons un peu d’espace, pour… humm… traîner ?”. “Ohhh, oui ! Oh mon Dieu, je vais jouir !!! C’est tellement bon…” J’adore t’entendre jouir. Je te regarde avoir des spasmes, te secouer, te trémousser sur le lit. Je fais glisser le vibro et te laisse te prélasser dans la lueur d’après pendant quelques minutes.

Je descends du lit et me dirige vers les garçons, je vais vers Ken, j’embrasse son cou, puis je dis : “Très bien les garçons, puisque vous n’avez pas pu garder vos bites dans vos pantalons, nous allons devoir équilibrer un peu les choses, vous devez avoir les yeux bandés maintenant.” Je me penche et fais glisser mon string juste devant son visage. Je prends une cravate et l’enroule autour des yeux de Ken, puis je me mets à califourchon sur ses genoux et commence à déboutonner sa chemise, en embrassant sa poitrine, je sens son énorme bite qui se presse contre moi, aspirant à être libérée. Je glisse de lui et me mets à genoux, déboutonnant son pantalon, le faisant descendre le long de ses jambes. Sa bite soulève la jambe droite de son boxer, se tordant contre la soie. Je vois que tu t’es levée et que tu as bandé les yeux de Mike et que tu es en train de le déshabiller aussi. Tu es si sexy à genoux devant lui, nue, libérant sa grosse bite. Lorsqu’elle sort de son boxer, elle a l’air si belle et je laisse échapper un petit sifflement. Tu regardes et tu me vois avec le dildo massif de Ken dans mes mains, et je vois tes yeux l’absorber pour la première fois en vrai. Je souris et je dis : “Je pense que les garçons sont bien pour l’instant, on se remet au travail ?”.

Puis je suce rapidement la bite de Ken, tu sais, juste quelques coups profonds pour qu’il soit bien mouillé et excité, et je me lève. Je remarque que tu t’en prends à la grosse bite de Mike, que tu la lèches puis que tu lui suces les couilles pendant que tu le branles. Je m’approche, me mets par terre avec toi et t’attire pour un long et profond baiser. Je peux goûter sa bite dans ta bouche et tu peux probablement goûter celle de Ken dans la mienne. Je me retire, “J’ai tellement envie de toi, tout de suite”. J’enfonce un de mes doigts dans ta petite chatte serrée et commence à le remuer juste comme il faut. Je sens que tes genoux commencent à se déformer et je glousse. Nous retombons sur le lit, mon doigt toujours en toi, t’explorant. “Je suis tellement excitée !” Tu grimpes sur moi et abaisses ta chatte vers mon visage, et lèche mon clito, dans un 69 parfait. Je me mets immédiatement à la tâche, léchant ta chatte, passant ma langue sur ton clito, te doigtant, d’abord juste un, puis en ajoutant un autre. Je lèche ton clito pendant que je fais entrer et sortir mes doigts de toi, pendant que ta langue danse sur mon clito. Je sens tes doigts qui s’enfoncent dans ma chatte, deux doigts à la fois, et je jette ma tête en arrière et lâche un gros gémissement. Pendant tout ce temps, nous gémissons et haletons. “Est-ce que tu aimes mes doigts dans ta chatte, Steph ?”

“OH yeah ! Comment se sent ma langue sur ton clito, Tabitha ? Es-tu une sale petite salope ?”

“OH PUTAIN OUI JE LE SUIS !” Je sens les débuts de mon orgasme qui se construit, jusqu’à ce qu’il s’envole de moi… mes jambes se serrent autour de ta tête et ma langue devient absolument sauvage sur ton clito et lorsque la mienne commence à décliner, tu cries la tienne. “J’ÉJACULE”

Tu te lèves de moi. Nous sommes allongés là, tremblants. Nous avons tous les deux joui si fort. Je suis haletante, mon orgasme a totalisé mon cerveau et je n’arrive même pas à penser correctement. Quand ma tête commence à s’éclaircir, je m’assieds et je te vois avec le gode-ceinture attaché, dépassant fièrement de ton entrejambe. “Vas-tu être ma bonne petite salope et sucer ma queue ?” demande-tu. “Oh, ouais…. Je pense que je peux faire ça….”. Je me mets à quatre pattes vers toi, saisissant cette bite oh combien familière, faisant courir ma langue au bas de la tige, tournant autour de la tête, la glissant dans ma bouche… tout en gardant le contact visuel avec toi. Je peux dire que tu es en train de t’exciter, tes petits remuements et tes gloussements, plus la façon dont le bas du harnais devient humide. “Tu aimes qu’on te suce la bite, Stéphanie ?”. Je te demande pendant que j’agite ta queue. “Oh oui, j’aime bien, mais maintenant je veux voir ce que ça fait de baiser quelqu’un avec ma grosse queue…”.

“Oh putain,” je réponds, “comment tu me veux ?” “En levrette.” Je me mets instantanément à quatre pattes, te montrant ma chatte et mon cul, attendant ta queue. Pendant que tu te mets en position, je remue mon cul pour toi… puis je sens un éclair rapide le traverser lorsque tu me donnes une belle fessée… “ooooooh, plus de ça ! Oui, Stéphanie, donne-moi une fessée ! Donne une fessée à ta vilaine pute !” Alors que tu fais glisser lentement cette grosse fausse bite dans ma petite chatte serrée, je gémis, c’est ma sensation préférée au monde, sentir l’énorme bite de Ken entrer en moi, je la connais si bien, chaque veine, et te voir la piloter est tout simplement incroyable… Je regarde directement nos garçons attachés, chacun avec une grosse bite savoureuse qui palpite à nos sons, mais je ne peux rien y faire. Je n’en peux plus, je me pousse HARD en arrière sur ta queue, “FUCK ME !!!”. Puis tu glousses, mais tu enfonces ce truc à fond, oh mon Dieu oui, tu le fais. Baise-moi, Stephanie, pilonne ma chatte, donne-moi cette bite. Est-ce que tu aimes être l’homme, baiser toutes les putes que tu peux trouver ? [Je ne dis pas ça dans le fantasme, mais je veux que tu répondes, hehe] Dieu que c’est bon, baise-moi ! “Oh mon Dieu Steph, baise ma chatte..OH AH, oui ! Oh Merde ! Baise ! Baise ! * MOAN *” “Ouais, salope, prends ma grosse bite, tu aimes cette grosse bite en toi, n’est-ce pas ?”

“Oh Stephanie, baise mon s’il te plaît, plus fort ! Donne-moi cette bite ! PILONNE MA PUTAIN DE CHATTE !” Tu arrives au point où tu ne fais que claquer le gode dans ma chatte, puis tu glisses un doigt dans mon cul. “Oh oui, putain !” Je me débats contre ta queue et tes doigts, je gémis, les gars ne savent même pas quoi penser. “Donne-moi un autre doigt, bébé” Tu en glisses un autre dans mon cul serré, ça commence à me faire basculer, je ne peux plus me retenir. Je tremble alors que tu continues à enfoncer ta queue en moi, aussi vite et fort qu’avant. “Ok, ok, je n’en peux plus….oh dieu.” Lorsque tu la retires de moi, je m’effondre sur le lit.

Je me retourne et te regarde au-dessus de moi, cette queue épaisse qui dépasse de toi… littéralement mouillée de mon jus de chatte. Elle a besoin d’être nettoyée. Je détache le gode, puis saute sur toi, te poussant sur le lit, je l’enfonce dans ta bouche. Je me penche… “Quel goût ça a ?” “mmph” Je le fais entrer et sortir de ta bouche, ta salive se mélangeant à mon jus de chatte sur cette grosse queue de cul. Pendant que je fais ça, je détache le harnais et le jette sur le côté. “On va s’amuser maintenant” Je retire le gode de ta bouche et t’embrasse, lentement, taquinement, en narguant ta langue avec la mienne. Puis tu sens la tête du gode s’enfoncer dans ta chatte. “Oh mon Dieu, ne sommes-nous pas serrés ? Eh bien Ken et moi avons trouvé comment résoudre ce problème…”. J’enfonce la bite profondément en toi, pas trop vite, mais elle est inflexible. J’adore la façon dont ton dos se cambre lorsqu’elle te remplit. “Oh oui, tu aimes ça, n’est-ce pas salope ? Pourquoi ne te masturbe-tu pas avec ça pour moi ? Mets-toi à quatre pattes comme si tu le recevais en levrette, oh ouais…” Tu obéis immédiatement, te mettant en position et faisant glisser cette queue dans et hors de toi.

Je me faufile hors du lit et enlève le bandeau de Mike, le laissant te voir comme ça, en train de te masturber, couverte de sueur et… d’autres liquides….puis je fais glisser le bandeau sur ses yeux et le remets en place. Puis je fais de même pour Ken, le laissant apprécier la vue. Je lui recouvre les yeux et me dirige à nouveau vers toi, je ramasse les perles anales, je les mets dans ma bouche, je les fais rouler avec ma langue, puis je les retire une par une, bien mouillées. Puis j’écarte tes joues de cul serrées, et donne à ton petit trou quelques bonnes léchouilles, puis j’enfonce lentement les perles dans ton cul, chacune un peu plus grosse que la précédente. “ooooooooo” Une fois qu’elles sont toutes entrées, je gifle ton cul serré et te prends le gode, l’enfonçant profondément, profondément, puis je te baise avec, aimant la tension dans tes jambes, aimant les sons que tu fais. J’espère que tu aimes la sensation que ça procure à l’intérieur de toi, avec ton cul et ta chatte pleins en même temps, te faisant baiser pendant que ces perles étirent ton cul. “Prends-le, putain.” Je me baisse sous toi et lèche ton clito pendant que j’enfonce le dong en toi. Cela t’envoie complètement à la limite. “OH DIEU !!! FUCK YES !!!” [<–J’espère que c’est à ça que tu ressembles, j’adorerais entendre à quoi tu ressembles vraiment quand tu jouis un jour. Même si c’est juste un enregistrement ou par téléphone. -Tabitha] Au fur et à mesure que tu jouis, je fais glisser les perles anales hors de ton cul, chaque bruit ajoutant une poussée à ton orgasme. Une fois que tu as fini de jouir, de te débattre, de te trémousser et d’avoir l’un des meilleurs orgasmes de ta vie :-D, et que tu peux à nouveau bouger, nous nous asseyons contre la tête de lit, appuyées l’une sur l’autre, en regardant nos hommes, tous attachés avec deux grosses bites qui pendent, si jolies et savoureuses. “Que devrions-nous faire d’eux ?” Je demande. “Eh bien, je pense que maintenant, ils méritent un peu de plaisir, tu ne crois pas ?”. “Oui, ils sont superbes comme ça, non ?” Leurs bites frétillent pendant que nous parlons d’elles. Bon sang, deux bites de plus de 20 cm de long. Celle de Mike est un peu plus longue et celle de Ken est plus épaisse, mais ce sont deux grosses bites qui ont l’air savoureuses. “Alors qu’allons-nous faire pour eux ? Veux-tu les détacher et les baiser ou les laisser attachés et juste sucer leurs bites ou peut-être juste leur faire une branlette ?” “Hmmm, je ne sais pas….. je n’ai jamais vu sa bite aussi dure auparavant…” “Oh, c’est parce que je leur ai glissé à chacun la moitié d’un viagra dans leur boisson. J’ai pensé que ça ferait un bon divertissement toute la nuit.” “QUOI ?!” De la part de vous trois. “Oh oui, je veux des bites qui vont être très dures pendant très longtemps.” “Eh bien, merde si ça n’a pas marché…” Je te chuchote doucement “alors….ummmmm… Stéphanie… tu sais vraiment comment choisir tes gars….Je me demandais si tu aimerais partager ? Ken et moi avons déjà décidé que ce serait bien de faire un échange de femmes uniquement oral sur ce sujet….” “hummm, bien sûr que oui !” “Alors, on commence par partager ton garçon ?” “Oh oui….devrions-nous laisser Ken regarder ?” “Je n’avais pas vraiment pensé à cette option, mais oui, bien sûr, nous pouvons le laisser regarder sa femme être une petite salope excitée.” Nous tournons la chaise de Ken de façon à ce qu’il regarde directement Mike et nous lui décapons les yeux. “Comment ça va, bébé ?” “Je suis dur comme une pierre, car quelqu’un a été très vilain et m’a attaché et donné du viagra. Dès que je serai détaché, quelqu’un (il te regarde alors) va avoir droit à une fessée.” “Eh bien, si c’est le cas, nous ferions mieux de nous assurer que nous la méritons, hein, Steph ?”. “Oh oui, mais (chuchotement) surprenons Mike. Laisse-le les yeux bandés pour l’instant.” “Pas de problème” “Es-tu prêt à ce que je te suce la queue, bébé ?” “Oh oui, vas-y chérie, enlève ce truc pour que je puisse te regarder me sucer”, répond Mike. “MMMM, pas tout de suite”. Tu te mets à genoux devant lui, prenant la queue de ton mari dans tes mains, la caressant lentement, tu caresses ses couilles avec l’autre main, les roulant et les pressant. Un doux gémissement s’échappe de sa bouche, sa queue tressaillant dans tes mains. Puis, lentement, tu fais courir ta langue sur le dessous de sa queue, la faisant glisser sur la tête. Puis tu fais glisser ta bouche sur la tête de sa queue, et le long de sa queue, l’emmenant lentement dans ta bouche, aussi profondément que possible. Mon Dieu, la façon dont tes lèvres douces glissent sur sa grosse queue me rend folle. Je veux vraiment y goûter. Je mordille ton cou pendant que tu glisses en arrière de sa queue, puis je glisse ma bouche dessus. C’est la seule bite que j’ai eue dans ma bouche, à part celle de Ken, et elle est différente. Ma langue trace différentes veines en descendant, et je peux tout prendre dans ma bouche sans me casser la mâchoire. Quand j’arrive à la base, je suce fort, contractant ma gorge autour de sa queue, puis je me retire, laissant sa longue queue trempée. À ce moment-là, tu lui chuchotes à l’oreille : “Ce n’est pas moi, bébé” en retirant son bandeau. Sa queue tressaute, il n’en a pas encore eu assez pour jouir, mais cela lui a donné un bon coup de fouet. “MMM, tu as une queue savoureuse, Mike”. Je commence à le branler furieusement, en utilisant toutes les astuces que tu m’as envoyées dans le premier email. Je travaille sa queue comme un moulin à poivre, en tordant mes mains d’avant en arrière tout en les faisant monter et descendre le long de sa tige. Une bonne torsion autour de sa tête, puis je penche ma bouche vers le bas et prends une de ses noix dans ma bouche, la suçant doucement, la tirant avec ma bouche. Tu t’agenouilles à côté de moi et nous nous embrassons, juste avec la queue de Mike au milieu… nos langues flirtent, se touchent pendant que nous glissons de haut en bas de sa queue. “Tu aimes avoir deux filles qui sucent ta grosse bite, Mike.” “Oh oui bébé, suce-la plus fort.” Je te laisse glisser le long de son manche, tandis que je suce ses couilles, l’une puis l’autre, les caressant, les chatouillant. Je me lève et presse mes seins contre son visage, tirant sa tête vers le bas, le faisant sucer mes tétons. “Oooo, oui, ça rend ma chatte toute mouillée”. Je descends et joue avec tes cheveux pendant que tu le suces. Je redescends, alternant avec toi, l’une suçant sa queue, l’autre se concentrant sur ses couilles. Je sens que sa queue commence à trembler, que ses couilles se resserrent. Nous savons tous les deux ce qui va se passer. Je retire ma bouche de sa queue et commence à la caresser rapidement. Tu lèves ta tête de ses couilles, en me souriant, tu avances une main pour jouer avec ses couilles pendant que je pompe son énorme tige, le rapprochant de plus en plus de l’éjaculation. Il dit : “Oh mon Dieu, oh mon Dieu, putain de merde, prépare-toi. Je vais jouir.” Puis il éclate de sa queue, nous aspergeant tous les deux d’un sperme épais et chaud. Sa queue se contracte et commence à devenir molle puis se durcit à nouveau presque immédiatement. Je te tire vers moi et lèche son sperme sur ta poitrine et ton cou, récupérant chaque goutte, puis je passe mon doigt sur une partie de ce qui est sur moi, le recueillant, et tu le suces sur mon doigt avant de récupérer le reste avec ta langue. Ta langue est si bonne quand tu lapes le sperme de ton mari sur ma peau. Tu m’embrasses, et lorsque ta langue explore ma bouche, je peux goûter sa charge salée. “ahem…” La queue de Ken tressaute…. elle est tellement gonflée et épaisse, le viagra rend les veines de sa queue encore plus visibles. Je rampe jusqu’à elle et commence à l’adorer avec ma langue, en traçant très lentement chaque veine, pour le taquiner. Pendant que je le taquine doucement, tu embrasses Mike et te diriges vers Ken, puis tu marches en cercle autour de lui, tu lui attrapes le menton, tu l’obliges à te regarder dans les yeux et tu lui dis “Je vais te faire jouir si fort que tu ne sauras plus ton nom”. Sa queue saute, comme elle le fait quand il est excité. Tu te laisses tomber à genoux et tu remarques un peu de précum qui dégouline sur la tête et tu le lèches. Ma langue continue son lent voyage tout autour de son énorme tige, jusqu’à ce que je trace vers le bas et prenne une de ses noix dans ma bouche, la frôlant tendrement avec mes dents. Je sais ce qu’il aime. Dès que ma langue quitte son manche, je te vois baisser tes lèvres vers sa tête, étirant ta bouche, essayant de tout prendre, tu glisses le long de son membre, mais il devient plus épais, à peu près à mi-chemin, il devient tellement épais que ta bouche ne peut pas tout prendre. Ses yeux sont sur le point de sortir de son crâne en te regardant le sucer. “MMM, regarde-toi, Ken, ça fait longtemps que tu voulais celle-là, n’est-ce pas ?”. “Oh oui”, répond-il. Je place ma main à l’arrière de ta tête, te poussant plus bas sur sa queue, te donnant des encouragements, “Ouais, Steph, suce cette grosse queue, tu aimes la façon dont elle étire ta bouche, n’est-ce pas ?”. Mais je ne te laisse pas monter et répondre, je te laisse sucer cette énorme queue jusqu’à ce que tu te lèves, avec un petit soupir, puis je la suce, profondément, en prenant tout, en m’étouffant un peu au fond, puis Ken pousse sa queue plus profondément dans ma gorge, et je me retire. Sa queue est tellement humide maintenant, alors je la prends dans mes mains et je la travaille, la broyant, la caressant, lentement au début, puis plus rapidement. Tu te glisses sous lui et prends à nouveau ses couilles dans ta bouche. Tu passes la main derrière son sac et tu passes tes doigts dans sa fente, le taquinant. Il est presque prêt à jouir, alors tu te redresses, tu as les honneurs cette fois. Tu commences à pomper son outil, explorant chaque centimètre de cette tige épaisse avec tes mains. Je passe la main sous lui et glisse un doigt dans son cul, ce qui le fait exploser sur nous deux, tu glousses alors qu’il fait gicler corde après corde crémeuse de sperme épais et chaud sur tes seins et mon visage. Il reste relativement dur, aussi, tout comme celui de Mike. “Miam” “Oh mon Dieu, les garçons, qu’est-ce que ça fait ?” juste des sourires et un silence heureux en réponse. Je détache Ken, qui se lève, glisse complètement hors de sa chemise et de son pantalon, la bite toujours dressée devant lui. Il s’étire et sourit paresseusement. Je me dirige vers Mike et le détache, qui fait à peu près la même chose. Puis Ken m’attrape et me jette sur le lit. “Je t’ai dit ce qui allait se passer.” Puis Ken me pousse sur le dos sur le lit et enfonce sa bite à l’intérieur de moi. La surprise et la force me poussent encore plus loin dans le plaisir. Puis Mike te met à quatre pattes au-dessus de moi, ton visage regardant directement la poitrine de Ken, pendant qu’il glisse sa bite dans ta chatte serrée. Cela place sa bite en train de pénétrer dans ta chatte juste au-dessus de mon visage, à quelques centimètres seulement. Et si tu regardes en bas, tu peux voir la bite de Ken qui me pénètre. Les hommes nous baisent et nous baisent jusqu’à ce que nous criions et jouissions sur leurs énormes bites, puis tu te trémousses et tu tombes, plaçant ton visage juste à côté de ma chatte, avec Ken qui ne s’arrête jamais, continuant simplement à enfoncer sa grosse bite dans ma chatte. Oh oui ! Puis Mike se retire et pulvérise sa charge chaude sur le tatouage de ton dos, et tu t’écroules sur moi, plaçant ta chatte qui vient d’être baisée juste devant mon visage, ce qui est une tentation trop forte pour résister. Je commence à passer ma langue sur ton clito, puis j’enfonce quelques doigts dans ta chatte. Après quelques instants, Ken et toi jouissez en même temps, tu frissonnes sur mon visage alors que Ken sort et fait exploser une énorme charge qui se déverse sur ton visage, sur ton dos et sur mon visage. Nous sommes tous les deux couverts de sperme. La meilleure sensation du monde, pas vrai ? Je ne l’ai pas réalisé tout de suite, mais les garçons n’avaient pas tout à fait fini. Je vois Ken lancer à Mike une bouteille de lubrifiant, en gardant une pour lui et ils commencent à se lubrifier. Mike t’allonge et soulève tes jambes sur lui, puis il glisse lentement sa longue et dure queue dans ton cul serré. Je vois ton visage complètement transformé par le plaisir. C’est à ce moment-là que j’arrête Ken et que j’enfile sa réplique. “Hé, Stéphanie, ça te dirait de voir un homme se faire baiser dans le cul ?”. Ken rit et sourit. “Très bien, Ken, mets-toi en position et assure-toi que Stephanie puisse tout voir, en levrette au-dessus d’elle.” Il grimpe et s’installe sur ses mains et ses genoux directement au-dessus de toi, sa grosse queue pend presque jusqu’à ton visage, mais pas tout à fait. Elle dépasse juste là, massive et dure. Tu ne peux pas trop te concentrer dessus, parce que tu es en train de te faire baiser dans le cul. Comment aimes-tu ça ? Qu’est-ce que tu cries ? Puis tu me vois prendre position derrière lui et glisser ce gode bien lubrifié tout doucement dans son cul. Tu vois sa queue devenir dure comme de la pierre puis redevenir juste assez dure. Je commence à prendre de la vitesse pendant que tu te doigtes avec la bite de Mike qui pousse fort dans ton cul. La bite de Ken est juste en train de se balancer dans ton visage, rebondissant à chaque poussée. Ken gémit fort, luttant pour rester debout sur ses bras, prenant sa propre bite dans son cul et tout. Tout le monde se sent si bien, nous sommes si bruyants. Mike devient de plus en plus frénétique, il pompe dans ton cul fort et ridiculement vite, tu cries et en basculant en avant, la queue de Ken est juste là dans ton visage, alors tu la remets dans ta bouche et tu la suces fort, Mike crie et jouit dans ton cul, en pompant son sperme chaud au fond de toi, tandis que ta succion pousse Ken à bout et il sort de ta bouche en jouissant dans ta bouche, sur ton menton et tes seins. Puis nous tombons tous et nous nous évanouissons. Tu te réveilles pour me voir sucer Ken sur la chaise dans le coin, et tout recommence.

Une amatrice au hasard :